10 entreprises françaises au coeur de la révolution des nanosats

L’exploitation de l’orbite basse terrestre ne va cesser de s’accentuer dans les prochaines années : observation, positionnement, expériences scientifiques, etc. Au coeur de cette démocratisation de l’espace, on retrouve le nanosat. Facile à concevoir et à lancer, il constitue une plateforme d’avenir, et les entreprises ont bien saisi son potentiel de croissance économique. Tour d’horizon des acteurs français du nanosat.

1a2.jpg
@NASA

Anywaves

Anywaves conçoit et produit des antennes spéciales pour les nanosats (et également pour les drones) : Bande S, bande X, GNSS (en développement), antennes sur mesure. L’entreprise est située au Centre Européen d’Expertise et d’Innovation Théogone à Ramonville, et a également rejoint l’ESA BIC Sud France Le fondateur, Nicolas Capet, a travaillé sept ans au CNES et a déposé une vingtaine de brevets pour des antennes haute performance.

COMAT Aerospace

COMAT Aerospace fournit de nombreux équipements pour le secteur spatial : Systèmes de pointage d’antenne, actuateurs, équipements pour le transport biologique et chimique, ballons stratosphériques, etc.  L’entreprise est connue en particulier pour avoir conçu et fabriqué la CHEMCAM équipant le rover martien Curiosity. Pour les nanosats, COMAT propose des roues de réaction et des systèmes de propulsion électrique. Pour ces travaux en particulier, COMAT a le soutien de la région Occitanie.

Exotrail

Exotrail propose une solution de propulsion pour nanosats : les propulseurs à effet Hall. Ils répondent à de nombreuses problématiques des nanosats : faible consommation électrique et carburant, intégration facilitée. Les propulseurs d’Exotrail utilisent du Xénon, un gaz neutre qui permet d’éviter toute pollution du satellite et de ses optiques. L’entreprise est soutenue par Airbus Developpement, et vient d’avoir le soutien de la Commission Européenne dans le cadre du programme Horizon 2020.

 

Nanoraven

Nanoraven propose des solutions pour les communications des nanosatellites. Un grand nombre de missions échouent parce que les systèmes de communication n’ont pas été conçus ou testés correctement (238 millions de $ perdus selon l’entreprise). Nanoraven a conçu deux produits complémentaires : le Raven core, qui permet le contrôle et la télémétrie du nanosat, et le Raven SoM, un hardware facilement intégrable. Nanoraven a le soutien de l’ESA BIC Sud France, du CSU de Montpellier, et de la French Tech.

Nexeya

Nexeya est à la pointe lorsqu’il s’agit d’intervenir dans les environnements contraignants : l’espace bien sûr, mais aussi l’aéronautique, la défense, le nucléaire. Dans le secteur qui nous intéresse, l’entreprise propose des nanosats quasiment clés en main, ainsi que des structures composites et monolithiques, des contrôles thermiques, des harnais pour charge utile, et des moyens sols. Nexeya dispose de plus de 2000m² de salles blanches, et sait s’adapter à la majeure partie des standards très exigeants du secteur.

Ose-advanced3D

Ose-advanced3D conçoit et produit des structures pour nanosats, de 3 à 12U, ainsi que des supports pour les instruments optiques embarqués. Ces structures sont produites par fabrication additive, en métal ou en céramique. Cette technologie permet de développer des design extrêmement innovants, complètement adaptés aux besoins du client, et très légers. L’entreprise a de nombreux partenaires (CNES, Starburst, l’Institut d’optique, Optitec, Optics Valley, 3D Ceram, SPCTS)

Syrlinks

Syrlinks propose des produits et solutions en communication RF et géolocalisation : émetteurs, émetteurs-récepteurs, récepteurs GPS, charge utile de data collecte pour des missions allant de 2 à 10 ans. Des équipements Syrlinks sont embarqués sur le satellite français MICROSCOPE, dont la mission est de tester le principe d’universalité de la chute libre dans l’espace. La précision des instructions de positionnement et de communication est cruciale pour cette expérience, qui se terminera fin 2018.

Unseenlabs

Unseenlabs propose des moyens de surveillance maritime. Grâce à sa technologie électromagnétique, l’entreprise peut offrir à ses clients un suivi en temps réel du trafic maritime, même pour les navires qui ont éteint leurs balises de positionnement. UnseenLabs promet un taux de détection de 95%, un rafraîchissement des informations toutes les 25 minutes. La société est accompagnée par Rennes Atalante Technopôle, Emergys, I-Lab, More Space Booster.

Thales Aliena Space

Il a fallu attendre 2015 pour que Thales Aliena Space se lance concrètement sur le marché du nanosat, en inaugurant une collaboration avec l’Université technologique de Nanyang. Depuis, l’entreprise a fourni l’instrument de collecte de données Argos NEO. Cet instrument fut développé en partenariat avec Syrlinks (voir plus haut).

ThrustMe

Nous avions déjà parlé de ThrustMe dans notre article « 5 start-ups qui donnent une autre image du secteur spatial« .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s