Quel programme pour l’agence spatiale australienne ?

Le 8 mai 2018, le gouvernement australien a annoncé la création d’une agence spatiale. Les financements sont relativement modestes : 41 millions de dollars australiens, dont 15 millions seront utilisés dans des projets internationaux. Paradoxalement, les ambitions affichées sont importantes. Comment faire beaucoup avec peu ?

image18.png
@Spatioscope.com

 

Les motivations australiennes pour l’espace

Dans un communiqué de presse du 14 mai 2018, les australiens abordent plus en détails les motivations qui ont poussées le gouvernement à investir dans le secteur spatial.

Au-delà du prestige, de la défense ou de la recherche, le projet d’agence spatiale australienne s’inscrit dans une volonté de développer l’économie :  » The agency will support the long-term development and application of space technologies, growing our domestic space industry and securing our place in the global space economy. It will operate from 1 July 2018″.

Le gouvernement australien a saisi tout l’intérêt économique du secteur spatial : outre la création d’emplois directs, les programmes qui seront poursuivis bénéficieront à de nombreuses entreprises australiennes, ainsi qu’à leurs fournisseurs et à leurs prestataires de service. A terme, le gouvernement australien compte bien aboutir à la création de 20000 emplois.

L’astrophysicien Brad Tucker a salué la création de l’agence, soulignant les points forts que l’Australie peut mobiliser pour concrétiser ce projet : «  »We’re well placed geographically for communications and for launch sites and we’re well placed for creativeness in our people — and that’s what you want in a space agency ».

Outre la création de l’agence à proprement parler, le gouvernement australien va également investir 260 millions de dollars dans le développement des technologies satellitaires, permettant aux citoyens et aux entreprises d’avoir un système de positionnement plus précis, et un accès amélioré à l’imagerie satellite. L’Australie est déjà une experte de l’agriculture de précision, et utilise régulièrement l’imagerie satellite au profit de son industrie minière.

Au total, ce sont donc près de 300 millions de dollars qui ont été investis directement dans l’économie via le secteur spatial, avec des retombées beaucoup plus importantes à prévoir.

 

Les objectifs de l’agence spatiale australienne

95246-megan-clark
Megan Clark sera la première directrice de l’agence spatiale canadienne.

A partir du 1er juillet 2018, l’agence spatiale entrera en fonction. Elle sera rattachée au ministère de l’industrie.

Ses objectifs et sa stratégie ne sont pas encore officiellement adoptés, mais d’après les déclarations, les communiqués et les rapports, on peut souligner plusieurs points :

  • Le développement de long terme d’une industrie spatiale nationale, profitant à l’économie nationale au travers de commandes de produits et de services.
  • Le développement économique au travers de l’utilisation de technologies spatiales au quotidien et dans tous les secteurs (en particulier grâce à un meilleur système de positionnement et un accès facilité à l’imagerie satellite).
  • La promotion de l’exploration spatiale auprès des écoles et des universités.
  • La coordination des projets spatiaux (partenariats public-privé notamment). *
  • La coopération internationale avec les autres agences et les entreprises leaders dans ce domaine.

La recherche fondamentale ne semble pas être un priorité de la future agence, à moins que cette fonction ne soit assurée par les universités et les centres de recherche spécialisés du pays.

 

 

Regards sur l’expérience australienne

La décision australienne s’inscrit dans un grand mouvement mondial vers l’espace : rien que ce mois-ci, le Bangladesh s’est doté de son premier satellite, le Kenya a mis en orbite un cubesat fabriqué sur le territoire national, le Pakistan et l’Australie annoncent la création de leurs agences nationales. Outre l’augmentation des investissements mondiaux, on assiste à un démocratisation de l’espace, qui est désormais accessible à un nombre grandissant d’états.

Il faudra être attentif à cette expérience australienne. Quels seront les impacts à moyen et à long terme sur l’économie ? Dans quelle mesure peut-on assurer la croissance globale grâce au secteur spatial ? Est-ce que les moyens modestes qui ont été engagés auront un réel impact ? Si le gouvernement remporte son pari, l’Australie pourrait bien devenir un cas d’école pour le développement d’autres économies dans le monde.

 

Pour en savoir plus :

Review of Australia’s space industry capability.

Australian government response to the review of Australia’s space industry capability.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s