S7 STS: Quelles ambitions pour l’entreprise russe?

Nous en parlions récemment, la société russe S7 a pris en main Sea Launch, le projet de lancement de satellites depuis une base flottante. Et elle ne compte pas en rester là.

1473893660_1473858780_38
 Crédits: Space-X

Lire la suite « S7 STS: Quelles ambitions pour l’entreprise russe? »

Mars: les 5 défis du projet d’Elon Musk

Hier soir, Elon Musk annonçait son plan d’action pour accomplir un objectif qu’il se fixait depuis longtemps: coloniser Mars. Les défis à surmonter sont évidemment à la hauteur des ambitions de Space-X. Le Spatioscope passe en revue les défis technologiques, économiques, psychologiques, socio-politiques  et diplomatiques de l’aventure martienne par Elon Musk.

https-%2f%2fblueprint-api-production-s3-amazonaws-com%2fuploads%2fcard%2fimage%2f226307%2fmuskspacexmars
Elon Musk nous explique tranquillement comment il va amener un million de colons sur Mars en moins d’un siècle. Pas de stress. Crédits:Space X

Lire la suite « Mars: les 5 défis du projet d’Elon Musk »

Système d’arrimage de Soyouz: Exit l’Ukraine

Selon Serguey Medvedev, directeur-système chez Roscosmos, l’agence russe va remplacer les systèmes d’arrimage KURS-P de la Station Spatiale Internationale d’ici deux ans, par le nouveau système KURS-MKP  d’une portée de 200 km.

image3344
Le système KURS est composé de plusieurs sous-systèmes: les antennes 2ASF-M-VKA (1,6), un éclairage d’appoint (2), un périscope (3), une antenne de communication avec le système-cible (4), et une ampoule. Crédits: Le Spatioscope

Le système P est un système « passif », installé sur la cible, tandis que le système KURS-NA est un système « actif », installé  à bord des nouveaux vaisseaux Soyouz-MS.

Les systèmes KURS-P sont actuellement produits en Ukraine par la société Elmis. Compte tenu de la situation politique entre les deux pays, cela pose évidemment problème. Auparavant étroitement liées du fait de leur passé soviétique commun, les deux industries spatiales ukrainienne et russe ne cessent de s’écarter l’une de l’autre.

Si le secteur russe peut toujours répondre à un marché gouvernemental (et même international) assez dynamique, ce n’est pas encore le cas de leurs homologues ukrainiens. Les Etats-Unis avaient décidés il y a quelques mois de commander des moteur-fusées en Ukraine afin de les substituer aux moteurs russes dans le cadre tensions diplomatiques. Cela sera t’il suffisant pour soutenir le secteur spatial ukrainien?

Space-X: le mystère enfin résolu?

Selon la compagnie américaine, l’explosion de son lanceur réutilisable Falcon 9 sur le pas de tir le 1er septembre dernier serait dû à une avarie dans le système d’approvisionnement en hélium.

Une commission d’enquête regroupant des membres de Space-X, de la NASA, de la FAA, de l’US Air Force, etc. avait été rassemblée rapidement pour étudier les causes de l’explosion.

Selon Elon Musk, les lancements devraient reprendre rapidement, d’ici novembre! On attend avec impatience le premiere re-lancement, et le vol de Heavy Falcon!

spacex-falcon-9
Crédits: Space-X

Lancement de MS-02 retardé: on en sait (un peu) plus

Selon l’agence TASS, une source au sein de Roscosmos aurait indiqué que le report du lancement de MS-02 était dû à un câble qui aurait brûlé. Les techniciens s’affaireraient actuellement à réparer la panne. Une réparation conséquente puisque le lancement ne pourrait pas avoir lieu avant le 20 octobre!

Concernant le planning de vol, nous n’avons toujours pas d’informations, mais on peut s’attendre à ce que le lancement de MS-03 de notre spationaute Thomas Pesquet soit reporté d’autant. Si cette information se vérifiait, cela repousserait le tir de MS-03 à la mi-décembre.

Roscosmos n’a pour le moment fait aucun commentaire quant à cette information.

Soyuz-FG rocket carrying Soyuz MS-01 spacecraft launched from Baikonur Cosmodrome
Crédits: TASS

Socialisme et planète rouge: aperçu des ambitions martiennes soviétiques

Le succès des sondes américaines Vikings a occulté le fait que ce fut bien l’URSS qui posa en premier un engin à la surface de Mars. Il faut dire que pour un pays communiste, il y a une certaine symbolique à planter son drapeau sur la planète rouge…Retour sur les ambitions martiennes de l’Union Soviétique et de la Russie!

%d0%bc%d0%b0%d1%80%d1%81-2
« Nous sommes sur Mars » L’image rappellera forcément quelque chose aux amateurs de bandes dessinées! 

Lire la suite « Socialisme et planète rouge: aperçu des ambitions martiennes soviétiques »

MS-02: Départ reporté

Le lancement du prochain équipage vers la Station Spatiale Internationale a été reporté pour des raisons techniques. Les cosmonautes sont revenus aujourd’hui par avion à Moscou.

On a pour le moment pas plus d’explications sur ce report. La nouvelle date n’a pas non plus été communiquée.

Dans quelle mesure cela affectera t’il la date de départ de MS-03, le vol de Thomas Pesquet?

4335624
Crédits: TASS

Sea Launch: c’est reparti!

Le projet Sea Launch  (Морский старт) devrait être récupéré par la société russe S7 « Systèmes de transport spatiaux »suite à des négociations entre l’entreprise russe RKK Energia et le géant américain Boeing. Bonne nouvelle donc, puisque le projet avait fait faillite en 2009.

9874724_orig
La plateforme de Sea Launch, prête à l’emploi! Crédits: spaceflight101.net

Sea Launch était un projet international (Etats-Unis, Russie, Norvège, Ukraine) qui utilisait une plateforme flottante afin d’envoyer des charges en orbite depuis l’équateur. Sur cette ligne, les lanceurs peuvent en effet utiliser au mieux la vitesse de rotation de la Terre!

Posséder une base spatiale sur l’équateur est un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre, étant donné le caractère stratégique du domaine spatial. La France s’en sort bien avec le Centre Spatial Guyanais (CSG), mais les bases américaines (Cap Kennedy, Vanderberg) et russes (Baïkonour, Vostotchniy) sont bien moins placées de ce point de vue.

Sea Launch continuera à utiliser des Zenit: il s’agit de lanceurs soviétiques très performants, développés dans les années 70. Ils peuvent placer 11 à 13 tonnes en orbite géostationnaire. Sergueï Sopov, un ancien de Baïkonour, est à la tête de la compagnie. Son objectif est bien sûr d’éviter les deux échecs de lancement de 2000 et 2007 qui avaient amenés à la mise en faillite de la compagnie.

Roscosmos: bientôt des touristes dans l’espace

Le directeur de l’agence spatiale russe Igor Komarov a indiqué à l’agence Tass que Roscosmos enverrait des touristes dans l’espace dans les deux ans.

La Russie cherche actuellement à développer cette activité qui pourrait éventuellement permettre de rentabiliser les coûts de lancement, alors qu’elle indiquait il y a peu son intention de réduire le nombre de cosmonautes russes présents dans la Station Spatiale Internationale, passant de trois à deux hommes.

Igor Komarov estime que Roscosmos développera ces activités avec des partenaires étrangers, mais il n’a pas communiqué de qui il s’agissait. Concernant l’aspect commercial, on pense ici à l’entreprise américaine Space Adventures, mais pour le moment rien d’officiel. Le directeur a aussi souligné qu’il y aurait des partenaires « assez sérieux », des industriels du secteur qui apporteraient des compétences technologiques indispensables pour le développement de ces vols.

13_tito
Dennis Tito, premier touriste spatial. 20 millions de dollars le billet tout de même! 

 

 

 

Voyager 2 : vers l’infini et l’au-delà! Avec Jennifer Pouplin

Voilà plus de 39 années que la Sonde Voyager explore l’espace. Lancée le 20 août 1977, elle poursuit son périple en dehors du système solaire, après avoir rendu visite à de nombreuses planètes. Jennifer Pouplin dresse pour nous un bilan de cette incroyable mission.

Nasa's Voyager 1
Crédits: pics-about-space.com

Lire la suite « Voyager 2 : vers l’infini et l’au-delà! Avec Jennifer Pouplin »