Décollage imminent!

Solidement harnaché à votre siège, vous tournez la tête à gauche, et pouvez apercevoir vos deux camarades de voyage dans leurs combinaisons pressurisées. En face de vous, un large panneau affiche des dizaines de boutons et commandes diverses. En particulier, votre attention se porte sur un nombre sans cesse décroissant: c’est le compte à rebours. Préparez-vous au lancement, vous êtes sur le point de décoller!

ENTER YOUR HEADLINE HERE
Crédits: ESA

Votre rythme cardiaque commence à augmenter, et c’est bien compréhensible! Bien qu’ayant subi des milliers d’heures d’entraînement, bien qu’il s’agisse de votre objectif depuis toujours, on a peine à réaliser que l’on est assis dans un vaisseau Soyouz en partance pour la station spatiale internationale. Ce vaisseau est lui-même installé au sommet d’un lanceur Soyouz, la fusée à proprement parler. L’ensemble de 50m de hauteur et de 310t se dresse fièrement au milieu de la steppe kazakhe, à Baikonour. 55 ans plus tôt, Gagarin propulsait l’humanité dans l’ère spatiale à ce même endroit. Depuis, les cosmonautes soviétiques puis russes, mais aussi des hommes et des femmes provenant de nombreux pays, partent pour les étoiles avec une technologie qui n’a pas beaucoup évoluée.

Cette pensée vous rassure, car Soyouz est un vaisseau éprouvé. Vous savez que même en cas de défaillance au décollage, un système d’extraction d’urgence propulsera la partie haute du lanceur dans les airs, loin d’une possible explosion. Ce système avait été activé une seule fois en 1983, avec succès. Il avait permis de sauver la vie aux cosmonautes Titov et Strekalov, dont la fusée s’était embrasée.

Il ne reste que quelques secondes avant que le compte à rebours devienne positif. “Pousk!” (démarrage): la séquence de décollage est enclenché, à T+20s. A T+10, vous sentez soudain des vibrations, indiquant que les moteurs ont été mis en marche. Ils vont fonctionner pendant encore 10 secondes à faible puissance, afin de vérifier la stabilité de la poussée et le bon fonctionnement des engins.

5, 4, 3, 2, 1, décollage! Les cinq moteurs RD-107A fonctionnent désormais à plein régime. Dans un fracas assourdissant, le lanceur Soyouz s’élève vers le ciel, alors même que les quatre bras métalliques qui le maintenaient s’écartent. Vous accélérez très rapidement. 30 secondes après le décollage, à une vitesse de 300 km/h vous sentez que le lanceur se penche légèrement. Il s’oriente pour atteindre l’orbite voulue, à 200 km d’altitude.

giphy.gif

Vous savez désormais que votre vaisseau ira de plus en plus vite, jusqu’à atteindre 28000 km/h. Au niveau du sol, une telle vitesse n’est pas possible, car le frottement de l’air détruirait la structure de la fusée. Mais au fur et à mesure que l’on prend de l’altitude, cette résistance diminue, jusqu’à ce qu’elle soit nulle dans l’espace. Le point paroxystique est atteint à 11km d’altitude, 45 secondes après le décollage, lorsque la vitesse du lanceur (1600 km/h) et la résistance de l’air contraignent le plus la structure du vaisseau. A ce moment là, en raison de l’accélération, vous pesez le double de votre poids. Vous avez de la peine à tendre les bras en direction du panneau de commande, et respirer devient plus difficile. Mais peu à peu, la situation s’améliore.

giphy (1).gif

Deux minutes après le lancement, votre altimètre indique 40 km. Une secousse brusque vous indique que le dispositif de sauvetage vient de se séparer de la pointe de la fusée. Désormais, il faudra utiliser la procédure habituelle pour revenir dans l’espace. Immédiatement après, une bruit vous indique que le premier étage, constitué de quatre propulseurs attachés au corps principal de la fusée, viennent d’être largués. Ils s’écraseront dans une zone prévue à cet effet à l’est du Kazakhstan. Libéré de ce poids superflu, le lanceur accélère subitement, et vous subissez à nouveau une force de 3.5G. Vous pesez 3.5 fois votre poids! Heureusement, des années de préparation vous permettent de passer sans encombres cette épreuve, même si vous en ressentez les effets.

soyouz.gif

Soudain, une vive lumière vous aveugle : dans la foulée des propulseurs, la coiffe de la fusée est à son tour larguée, et la lumière du jour peut pénétrer par les hublots du Soyouz. . La coiffe permet d’adopter un profil aérodynamique, qui diminue la résistance à l’air. Elle protège les fragiles instruments du vaisseau, mais à la frontière de l’espace elle n’est désormais plus utile, la pression étant proche de zéro.

Bien que les hublots soient dégagés, vous ne prenez pas le temps d’observer le spectacle, car les opérations de mise en orbite ne sont pas terminées. Cinq minutes après le décollage, le moteur du troisième étage est mis en route, tandis que les moteurs du deuxième étage brûlent leurs derniers ergols. Quelques secondes après, le deuxième étage est largué, vous accélérez à nouveau, et atteignez 13500 km/h, et 170 km d’altitude. Le lanceur, est presque totalement incliné. Le troisième étage va fonctionner pendant quatre minutes pour atteindre les 220 km d’altitude. Votre rythme cardiaque se calme peu à peu, vous savez que le plus dur est derrière vous.

soyuz_blocki-620x264.png
Crédits: Spaceflightnow.com

Neuf minutes après le lancement, le dernier moteur se coupe. Placé sur orbite, le vaisseau se sépare du lanceur. Vous vous rendez alors compte que votre corps, si lourd pendant l’accélération de la fusée, ne pèse désormais plus rien : vous êtes en état de micro-gravité. A côté de vous, le commandant de vol s’affaire à déployer les panneaux solaires qui fourniront au vaisseau l’énergie nécessaire. D’autres instruments sont également déployés, à savoir les antennes et les systèmes d’arrimage.

Vous profitez alors de ces quelques moments de répits pour observer le spectacle incroyable de la Terre au-dessous de vous. Les nuages parsèment la surface bleue de l’océan, tandis que les rayons du soleil s’y reflètent. A l’horizon, vous apercevez l’atmosphère de la Terre qui se détache sur le fond étoilé. Ce spectacle valait bien quelques efforts!

giphy (2).gif

Publicités

Une réflexion sur “Décollage imminent!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s