Vertus de la décision politique

Le discours de Kennedy du 12 septembre 1962, “We choose to go to the moon” (“nous avons choisi d’aller sur la lune”) est probablement l’un des plus beaux et des plus puissants discours du XXe siècle. Dans cette allocution prononcée à la Rice University devant 35000 personnes, le président américain confirme le défi lancé tant aux soviétiques qu’au peuple américain lui-même en mai 1961 devant le congrès: avant la fin de la décennie, ils auraient envoyé un homme sur la lune, et l’auraient ramené sain et sauf sur Terre.

President Kennedy Gives His 'Race for Space' Speech

Crédits: Corbis

L’histoire nous montre que son choix a été le bon, que ce défi était technologiquement réalisable. Mais que pouvait-on en penser en 1961? Pourquoi se donner à soi-même cet incroyable défi? Etait-ce judicieux politiquement?

Il est clair qu’il ne fallait pas manquer de souffle pour lancer un tel défi au début des années soixante. Après tout, la Deuxième Guerre mondiale s’était achevée il y a à peine dix-sept ans, soit moins d’un quart de siècle! Kennedy lui-même était un vétéran de la guerre du Pacifique. Un peu plus d’un an auparavant, Youri Gagarine avait accompli son vol historique, suivi de près par Alan Shepard, le premier astronaute américain. Ces deux missions sont à l’espace ce que la pratique du dériveur est à l’océan: on peut naviguer, mais on ne va pas très loin et dans des conditions de confort relativement sommaires. Les capsules américaines et soviétiques des débuts permettaient de contenir un homme dans un minuscule compartiment pressurisé. Quelques commandes permettaient d’assurer les manoeuvres de base. Le lancement était assuré par un missile balistique R-7 pour les soviétiques, et Redstone pour les américains. Kennedy proposait donc de passer du dériveur au transatlantique en moins de dix années.  

Dans l’ombre, le vice-président Johnson est à la manoeuvre. Il est un ardent défenseur du programme spatial américain, et président du National Space Council. Les cinéphiles se souviendront qu’il est plusieurs fois représentés dans le film L’étoffe des héros (1984). C’est lui qui orientera Kennedy vers sa décision. Dès son élection, la nouvelle administration avait l’ambition d’accomplir quelque chose de grand pour son pays. Dans le contexte de l’époque, on pense bien évidemment au combat contre les soviétiques. Kennedy accentuera la politique de son prédécesseur: les programmes d’armes seront renforcés, les soutiens à la lutte contre les guérillas communistes multipliés.  Mais l’affaire de la baie des cochons, ainsi que les succès du programme spatial soviétique sont de sérieux camouflets. Il faut redorer le blason national, montrer à tous que l’Amérique est encore capable de réaliser de grandes choses.

astronauts_300_236_s_c1

Johnson avec les « 7 originals ». Crédits: LBJLibrary 

Pourquoi l’espace? Plusieurs raisons peuvent être évoquées. La première est que les américains ont un retard considérable en la matière. Or, l’espace est un domaine stratégique. La maîtrise des technologies balistiques est primordiale dans le cadre de la doctrine nucléaire. Ensuite, il y a une question de prestige national. Les américains ne pouvaient pas décemment laisser des objets soviétiques passer au dessus de leurs têtes sans réagir. Surtout si l’on considère que dans le domaine aéronautique, les Etats-Unis ont toujours brillé: Premier vol motorisé en 1903, première traversée de l’Atlantique en 1927, franchissement du mur du son en 1947. Tous les vingt ans, ce pays brillait par son audace et sa capacité à dépasser les frontières. Pour Kennedy, il était temps de réaliser un nouveau pas dans l’histoire de l’humanité.

Comment faire? C’est là qu’entre en compte le célèbre ingénieur Werner Von Braun. Si Johnson joua un rôle prédominant dans le volet politique de cette décision, Von Braun pu convaincre le président sur le terrain technologique. Outre ses activités scientifiques, il avait participé avec Walt Disney à la réalisation de plusieurs dessins animés pour sensibiliser les jeunes générations à l’exploration spatiale. Il savait comment rallier les opinions à son projet. Von Braun pu montrer à Kennedy que la plupart des avancées technologiques nécessaires au programme lunaire étaient déjà disponibles, ou bien sur le point d’être acquises. Comme l’histoire nous l’a montré, ce n’était pas entièrement le cas, et les délais imposés provoquèrent quelques sueurs froides. Malgré cela, le plus important fut la prise de décision politique par le président.

468544main_9131494_rs_full

Werner Von Braun a l’oreille du président. Crédits: Nasa.

Comme Cortez brûlant ses navires pour s’interdire toute retraite, le discours de Kennedy est aussi un moyen d’empêcher tout retour en arrière, que ce soit par lui-même ou par ses successeurs. Impossible de ne pas faire honneur à la parole donnée, sans s’exposer aux critiques de l’opposition, ou pire à une perte de prestige sur la scène internationale. Outre son administration et sa propre personne, Kennedy engage dans son serment l’ensemble de la population américaine, de l’ingénieur au simple citoyen. Il pose un contexte à ce serment, qui devient un moyen de la lutte du bien contre le mal, et du développement scientifique et social d’un pays résolument tourné vers l’avenir.

Kennedy avait compris que l’espace était l’avenir de l’homme. Un tel but était à même de lui assurer le soutien de sa population, mais aussi un prestige très important à l’étranger. Il ne s’agissait pas d’une décision économique ou commerciale: cette décision nécessitait un courage politique, et une vision d’avenir, deux ingrédients sans lesquels il est bien difficile à un pays de réaliser de grands accomplissements.

Le discours est disponible ici.

« We choose to go to the moon. We choose to go to the moon in this decade and do the other things, not because they are easy, but because they are hard, because that goal will serve to organize and measure the best of our energies and skills, because that challenge is one that we are willing to accept, one we are unwilling to postpone, and one which we intend to win, and the others, too. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s