La Russie étudie la possibilité de récupérer le premier étage de ses lanceurs

Si Space X n’a pas encore validé le concept de lanceurs réutilisables (les étages récupérés n’ont pas encore été relancés), il n’en reste pas moins que le concept intéresse vivement le reste de la planète. Les européens et les japonais vont collaborer sur le développement de leur propre engin. Désormais, ce sont les russes qui annoncent leur projet.

Selon Alexandre Medvedev, ingénieur en chef de Roscosmos, une équipe d’ingénieurs a été rassemblée dans le centre Khrounicheva, afin d’étudier les possibilité d’un retour sur terre du premier étage du lanceur. Pour ce projet, Roscosmos a rappelé les ingénieurs ayant travaillé sur Bouran, la navette spatiale soviétique. En effet, les russes prévoient de faire atterrir le premier étage à la manière d’un avion. On pense bien entendu ici au projet Adeline de Airbus.

Les moteurs sont la partie la plus chère d’une fusée (avec des coûts allant jusqu’à 70 millions de dollars), à la différence des réservoirs qui sont de plus en plus faciles à fabriquer.

1454147602

Crédits: RIA Novosti

Publicités

Roscosmos serait en train de développer une version légère du lanceur Proton

Selon le journal Isvestia, qui lui-même cite l’ingénieur en chef Alexander Medvedev, Roscosmos travaillerait sur une version légère du lanceur Proton. En cause, l’amélioration de l’électronique embarquée, qui permet aux satellites d’être beaucoup plus légers.

La solution trouvée: supprimer le deuxième étage! Selon l’ingénieur, cela permettrait de réduire les coûts de 25%, tout en envoyant 5 tonnes en orbite géostationnaire. Ce réglage donnerait la possibilité à Roscosmos d’être très compétitif dans des marchés de niche. Cette solution permettrait aussi de modifier le lanceur à la demande.

Sur ce projet, les russes coopèrent avec les kazakhes, car ces lanceurs seront opérés depuis Baïkonour.

image_big_44259

Rapprochement entre la Chine et la Russie dans le domaine spatial

Les deux puissances spatiales ont pour ambition d’accroître leur collaboration dans le domaine spatial. Selon Andreï Denisov, Ambassadeur de la Fédération de Russie en RPC, les deux pays souhaiteraient s’associer dans le développement du secteur médical et pharmaceutique grâce à l’espace. Cette association aurait une portée universelle, favorable à l’ensemble de l’humanité, rapporte RIA Novosti.

Des accords sont aussi prévus concernant les droits de propriété sur l’usage de certaines technologies spatiales. Ils devraient être signés le 25 juin prochain, lors de la visite de Vladimir Poutine. Comme pour les partenariats précédents avec la Chine, la Russie est particulièrement attentive au respect des droits de propriété intellectuelle.

La présentation du système ERA-GLONASS est aussi à l’agenda de la Chine et de la Russie. Il s’agit d’un système de positionnement qui est utilisé lors des catastrophes pour orienter et guider les secours. Le service est proposé par la Russie à la Chine, une délégation devrait se rendre sur place dans les mois qui viennent.

1046656913

L’Ambassadeur russe, Andreï Denisov. Crédits: Ambassade de la Fédération de Russie en Chine.

 

 

Vertus de la décision politique

Le discours de Kennedy du 12 septembre 1962, “We choose to go to the moon” (“nous avons choisi d’aller sur la lune”) est probablement l’un des plus beaux et des plus puissants discours du XXe siècle. Dans cette allocution prononcée à la Rice University devant 35000 personnes, le président américain confirme le défi lancé tant aux soviétiques qu’au peuple américain lui-même en mai 1961 devant le congrès: avant la fin de la décennie, ils auraient envoyé un homme sur la lune, et l’auraient ramené sain et sauf sur Terre.

President Kennedy Gives His 'Race for Space' Speech

Crédits: Corbis

Lire la suite « Vertus de la décision politique »

Le « Lomonossov » à l’assaut des ondes gravitationnelles

Le petit satellite de la célèbre Université d’Etat de Moscou (МГУ) aide actuellement l’observatoire LIGO dans l’étude des ondes gravitationnelles.

Lancé en avril lors du premier lancement depuis le cosmodrome Vostotchniy, le satellite Lomonossov est équipé d’un télescope dont la mission est de repérer les indices optiques laissés par les trous noirs (distorsion de la lumière causée par la gravité, emplacement des étoiles, etc.).

Selon l’astronome du MGU, Vladimir Lipounov, tout est une question de réglage. La configuration du satellite Lomonossov permettra en effet de bien mieux détecter les « empreintes » de trous noirs, en utilisant des fréquences lumineuses beaucoup plus élevées.

GWmergerCombo

Crédits: LIGO

L’Europe et le Japon vers une fusée réutilisable?

C’est ce qu’annonce l’Usine Nouvelle sur son site. L’agence spatiale française (CNES), l’agence allemande (DLR) et l’agence japonaise (JAXA) vont s’associer pour réaliser un démonstrateur technologique d’ici à 2020. La France fournira notamment son centre spatial guyanais pour réaliser les essais.

L’ESA ne sera pour l’instant pas de la partie.

2151643

Crédits: Arianespace

Le prochain vol habité de Soyouz reporté

Le vol du Soyouz MS-01, prévu le 24 juin prochain, est reporté au 7 juillet. Il doit emmener Kate Rubins (NASA), Anatoly Ivanishin (ROSCOSMOS) et Takuya Onishi (JAXA) à l’ISS pour une mission de 4 mois.

Le délai doit permettre de vérifier les systèmes d’amarrage, qui rencontrerait actuellement quelques problèmes. La compagnie d’Etat russe Energia est au commande pour résoudre la situation. Un changement de direction générale en perspective?

26995227960_c0f6670627_o-879x485

Crédits: NASA/Stephanie Stoll.